Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2012

"Le tombeau d'Arques"

ML 1.jpgIl est classique de citer l'article de Gérard de Sède (cosignée avec Jean Pellet), paru dans l'hebdomadaire "Le Grand Albert", en juillet 1972, pour évoquer la plus ancienne référence à l'égard du tombeau de Peyrolles, dit "tombeau d'Arques"; il est singulier qu'Henri Lincoln, dans sa "Clé du mystère de Rennes-le-Château" ait tenté d'en ravir la paternité à son devancier français.
Or, cette mention faite à ce fameux monument funéraire n'est pas la première.  Ce tombeau était déjà signalé... quinze ans plus tôt - le 17 septembre 1957, ML 2.jpgdans le quotidien "Midi-Libre", à l'occasion d'une chronique consacrée aux curiosités d'Arques.

 

30/10/2012

La lettre M

lampos.jpgSelon Johanny Basacomas, un chercheur catalan sur la piste du trésor de Rennes depuis trente ans, la lettre M serait le dénominateur commun entre différentes transcriptions. Sur la dalle de la marquise de Blanchefort, sur le bas-relief de l'autel de l'église de Rennes-le-Château, enfin, sur la pierre dite de Coume-Sourde.  "J'ai cherché ce M pendant plusieurs années, je l'ai enfin trouvé ! Il s'agit des Lampos !" C'est en face, sur la montagne de Blanchefort qu'il aurait localisé la grotte au trésor. Déjà, à l'aide d'un "radar", il a pu déterminer la présence d'une salle souterraine...

29/10/2012

Un cliché problématique

Sarda.jpgDans ce numéro de "Top Secret" déjà évoqué dans nos écho précédent, la rédaction accorde une large place aux réflexions d'un afficionado de Rennes-le-Château, François Garet, ancien président de l'Association "Terre de Rhedae" (1992-1994). Revendiquant ses racines régionales, son discours, au final, ne s'écarte pas tellement des théories interprétatives habituelles. Il fait sien volontiers des explications crypto-ésotériques grâce auxquelles on vous explique l'Invisible. Il revient, évidemment, sur cette fameuse photo exhumée il y a quelques années représentant respectivement l'abbé Saunière, l'abbé Malo (neveu de l'abbé Gélis), Alfred Saunière, Henri Boudet et Antoine Gélis. Bien sûr, il ne doute pas de l'authenticité du cliché, en dépit du fait que l'abbé Sauniène ne ressemble en rien aux authentiques photos dont on dispose de l'ancien curé de Rennes-le-Château. Ne dit-on pas, d'ailleurs, que ce cliché, soumis à un examen spectographique, a relevé en fait qu'elle était le résultat d'un savant montage infographique...