Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/11/2012

Le piège de la Joconde

0046.jpgEn juillet dernier paraissait un livre de Romain Lemoine, édité aux Presses du Languedoc, sous le titre "Etienne Dujardin-Beaumetz, peintre miltaire, peintre engagé". Selon la vox populi, ce notable de Limoux aurait été l'hôte de l'abbé Saunière.
Elu député de l'Aude, Dujardin-Beaumetz était marié à Marie Pétiet dont la maison a été transformé en musée de la Peinture. En dépit de ses passages à Rennes-le-Château, Dujardin-Beaumetz était foncièrement anticlérical. Aux affaires, il participa activement à la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat. De 1905 à 1912, il fut secrétaire aux Beaux-Arts. Pour son malheur, le 21 août 1911, un italien du nom de Vincenzo Peruggia s'empara du tableau de la Joconde, ne laissant que le cadre. Cette affaire fut révélatrice d'une certaine incompétence des politiques. Le nom de Dujardin-Beaumetz fut copieusement brocardé dans les gazettes. La Joconde ne réintégra le Louvre qu'en 1913. L'Italien ravisseur voulait "restituer" le tableau à l'Italie, pensant qu'il s'agissait d'une oeuvre dont son Pays avait été spolié.
Ce n'est pas un hasard si Romain Lemoine  a consacré ses veilles à cette biographie. De son vrai nom Lemoine-Beaumetz, il est, en effet, le descendant du frère du peintre limouxin.

 

07:01 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.