Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/11/2012

Le "mystère" Billard

caudebec.jpgLa mythologie castelrennaise semble donner un rôle particulier à Mgr Billard, qui fut évêque de Carcassonne de 1881 à 1901, dans l'affaire Saunière. Certains le voient comme "téléguidé" par Mgr de Bonnechose (devenu cardinal), qui avait été, lui aussi, évêque de Carcassonne (1847-1855). Plus tard, c'est lui qui aurait favorisé le curé de Rennes-le-Château alors que celui-ci venait de découvrir des documents dans son église. Enfin, certains ont trouvé dès plus suspects le fait que Mgr Billard ait racheté, en son nom propre, le sanctuaire de Notre-Dame de Marceille, situé près de Limoux. En fait, Mgr  Billard avait déjà accompli la moitié de son sacerdoce lorsqu'il fut nommé à Carcassonne. C'est , en effet, en Normandie, qu'il s'y accompli. Cinq ans vicaire à Saint-Rémy de Dieppe (1858-1863), il officie ensuite à Saint-Patrice et à la primatiale de Rouen, jusqu'en 1868, date à laquelle il prend en charge la paroisse de Caudebec-lès-Elbeuf. Là, on le vit disposer d'un argent providentiel...
Alors que Caudebec était doté d'une vieille église gothique moyennâgeuse, composée seulement d'une nef et d'un bas-côté, Arsène Billard fit appel à l'architecte diocésain Edouard Barthélémy en 1869 et passa commande d'une rénovation et d'agrandissements de belle ampleur. Le travail achevé, l'église se voit dotée d'une nef centrale bordée de bas-côtés, d'un clocher à l'angle Sud et d'un choeur rayonnant entouré d'une sacristie. Sur la façade, désormais, s'ouvrent des baies ogivales à remplage. Sommum : Billard, qui n'est que Curé, rappelons-le, fait installer dans l'église un orgue de grande envergure, par un des plus grands facteurs d'orgues de l'époque (Cavaillé-Coll).
Visitant cette église en 2011, Richard Khaitzine, chercheur et écrivain, s'étonne que saint Pierre, dont la statue orne le côté gauche du porche, tienne une énorme croix à l'envers. C'est oublier que l'Evangéliste, acceptant son martyr, aurait obtenu d'être crucifié la tête en bas, se disant indigne de mourir comme le Christ.
Après Caudebec, Arsène Billard passa à Rouen (1877), avant d'être pressenti pour l'Evêché de Carcassonne, en 1881. Préalablement, il reçut la robe violette épiscopale, à Rouen, le 6 août de la même année.

Les commentaires sont fermés.