Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/12/2012

Les 33 cartes postales de l'abbé Saunière

IMG_0001.jpgEn 1911, pour sa défense devant l'Officialité, l'abbé Saunière, protestant qu'il se soit enrichi avec des honoraires de messes, désigne parmi ses sources de revenu la série de cartes postales qu'il avait faites éditer cinq ans plus tôt. Il s'agissait de vues, en noir et blanc, représentant le domaine du curé, le village, l'intérieur de l'église et quelques aspcets de la campagne environnante. En tout, trente-trois cartes postales constituaient cette série. L'abbé Saunière dit lui-même qi'il en avait une vente facile, les visiteurs lui prenant volontiers la série.
Jusqu'alors, on ignorait de quelle façon il s'y était pris pour réaliser cette collection. Une récente étude d'un passionné de l'affaire, Jérôme Choloux, nous renseigne au mieux. C'est en 1906 que l'abbé Saunière sollicita le photographe G.A. Mas, de Limoux, pour effectuer les prises de vues. Mas avait déjà photographié le curé, Marie Dénarnaud et sa famille. Pour répondre à la demande de son client, le photographe fit plusieurs passages à Rennes-le-Château pour obtenir les clichés satisfaisants. Après cela, sur les recommandations d'un relieur que l'abbé Saunière avait fait travaillé pour son compte, Henri Barret, le curé de Rennes s'adressa à l'Orphelinat professionnel Saint-Jean, à Albi, pour faire imprimer les cartes postales. Pour un coût de 300 F, il signa le bon de commande. Le stock de cartes postales lui fut livré en août 1908. On en ignore la quantité.  A Mas, pour prix de son travail,  il régla 400 F, étalés sur deux ans.
A son évêque, il prétendit avoir gagné 3600 F en cinq avec la vente des cartes postales. En réalité, il semble, au vu des décomptes, qu'il n'a fait que rentrer dans son argent. (ill. la boutique du photographe Mas, à Limoux).

Commentaires

Bonjour M. Vallet et merci pour cet écho sympathique. C'est août 1908 pour la livraison des cartes à Saunière. Quand il déclare en 1911 qu'il les exploite depuis 5 ans il est bien évidemment en train de bluffer comme il le fait dans beaucoup de ses comptes.
L’intérêt était, une fois établi que ses cartes n'étaient pas les premières de RLC, de voir ce que lui pouvait montrer et que les autres n'ont pas montré surtout à mon sens à l’intérieur de l'église et dans la campagne alentour. Par exemple une carte postale consacrée à St Antoine de Padoue, l'un des saints les plus communément représenté dans les églises de France, est une de ces curiosités. Mais ce n'est qu'un exemple.
Longue vie à Radio Magdala
JC

Écrit par : Jérôme Choloux | 06/12/2012

Bonsoir M. Choloux. Effectivement, c'est en août 1908, j'ai lu trop vite. Août 1907, c'est le moment où il envoie des "photos" à certains de ses correspondants. Vous avez bien précisé, "15 et 21 août 1908, l'abbé Saunière reçoit ses cartes postales". Ce qui m'a le plus étonné au sujet de la série des 33 cpa, c'est qu'aucune ne représente l'autel. Or, à cette époque, en principe, un "intérieur d'église" se prenait du fond vers le choeur. J'ai su que j'avais réuni la collection lorsque j'en ai eu 33 et, franchement, je m'attendais à une CP de l'autel. Au final, tout ce qui est représenté de la décoration de l'église est de Giscard. L'autel étant de Monna. Si j'étais chagrin, j'en tirerai des conclusions "politiquement incorrect" ... Merci pour vos encouragements.

Écrit par : M. Vallet | 06/12/2012

Hello Jérôme,
Très heureux de constater que ton travail porte ses fruits et qu'il devient avec le temps une référence.
Bravo à toi
Patrick

Écrit par : Patrick Mensior | 06/12/2012

Bonsoir, j'entends ça et là que la collection des cartes Postales de l'Abbé Saunière... mais êtes vous absolument sûr de ces faits ?

Écrit par : Aguirre | 06/12/2012

Les commentaires sont fermés.