Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2012

Le Bézu, une réputation usurpée

100_3646.JPGPar une prouesse unique en son genre, on peut dire que la forteresse du Bézu est devenue le "château des Templiers" du jour au lendemain. Précisément dès... 1959, date à laquelle l'abbé Mazière fit paraître, sous l'égide de l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne, une étude d'une trentaine de pages intitulée : "La venue et le séjour des Templiers du Roussillon à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, dans la vallée du Bézu". Moins basé sur de bons arguments, que par sa force de persuasion, l'abbé Mazières est parvenu à convaincre ses lecteurs de la justesse de ses hypothèses. Si bien qu'en 1970, lorsqu'une équipe de l'Institut Géographique National est venue dans le secteur pour procéder à des vérifications, à la question : "Quel est ce château ?" Il leur fut répondu: "C'est celui des Templiers". Si bien que, depuis, sur les cartes de l'IGN, on peut lire l'appellatif de "château des Templiers" pour les ruines du Bézu.
Dans son argumentaire, l'abbé Mazière avait cru faire la preuve par quatre en citant le nom de la ferme des Tipliès, située en contrebas de l'antique forteresse. Pour lui, le nom de Tipliès était l'altération étymologique de "templiers". En réalité, Tipliès est le nom d'une vieille famille du village du Bézu, indistinctement orthographié Tibliès ou Triplié. Cette ferme était un de leurs biens. On peut voir d'ailleurs au cimetière la pierre tombale d'une dame Triplié, décédée en 1927.

08:49 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.