Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/02/2013

La plaque-écusson du presbytère de Rennes-le-Château

presbytère.JPGDans Les descendants mérovingiens ou l'énigme du Razès wisigoth de Madeleine Blancasall, un de ces apocryphes déposés à la Bibliothèque Nationale par Pierre Plantard au milieu des années 60, il est fait cas du trouble supposé qui suivit le décès de l'abbé Saunière. Epouvantés par les ultimes projets du curé de Rennes, grands initiés et hauts prélats auraient poussé un soupir de soulagement au lendemain des obsèques de celui-ci. Depuis lors, commente-t-on, les dragons viennent renifler la piste du curé révolté... "Les uns portent la soutane, d'autres l'écusson d'une Rose et d'une Croix sur leur chevalière. Quelques-uns enfin, des diplômes divers. Ils pillent la bibliothèque, subtilisent  une bonne partie de la correspondance, arrachent des pages aux livres de comptes, font main basse sur les timbres et brisent la plaque-écusson du presbytère qui avait un message au dos. Bien que sa teneur soit connue, son interprétation est toujours un défi à la sagacité. Et quoi encore ? Sa pierre tombale , au cimetière, est brisée en trois."
Aussi bien ne faut-il pas prendre pour paroles d'Evangile le récit qui est fait de la vie de Bérenger Saunière dans cette brochure, autant il convient de ne pas laisser échapper les indices allègrement semés par son auteur. Ainsi, j'admets que le mystère de cette plaque-écusson m'interpelle depuis près de quarante ans. J'ai parfois posé la question à différentes personnes de Rennes, sans avoir de réponse satisfaisante. Le seul acquis que j'ai pu en retirer, c'est qu'il y a bien eu, sur la façade du presbytère, une pierre sculptée. Que représentait-elle en vérité ? Un message avait-il été gravé au verso ? Qui pourra le dire ?
Je soumets volontiers cette petite énigme à qui voudra bien s'y intéresser.

 

Les commentaires sont fermés.