Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/02/2013

La banque Petitjean

En novembre 1911, en pleine tourmente procédurale avec l'Officialité de Carcassonne, l'abbé Saunière songe à vendre son domaine. La contre publicité que lui fait l'évêque depuis plus d'un an assèche ses Petitjean,.jpgsources de revenus. Il prend alors contact avec la banque Petitjean, qui est moins un établissement de dépôts qu'un fonds de gestion. Mais, lorsqu'il reçoit la visite du délégué pour déterminer la valeur du bien, le curé de Rennes a la malencontreuse idée de lui proposer unPetitjean Buvard.jpg dessous-de-table pour éviter la commission revenant à la banque en cas de vente. Bien sûr, le fondé de pouvoir refuse poliement, mais fermement. Au final, en janvier 1913, l'abbé Saunière souscrira un emprunt auprès du Crédit Foncier pour un montant de 6000 francs. Marie Dénarnaud continuera de le rembourser bien des années après la mort du curé.

Petitjean 2.jpg

Commentaires

la logique voudrait que Saunière n'avait donc plus un sou , donc il est plus que raisonnable de penser qu'il n'a jamais trouvé le moindre trésor

Écrit par : jullette | 06/03/2013

Il n'a peut-être jamais trouver ce qui n'implique pas qu'il n'a jamais chercher. Saunière est le premier d'un long cortège de chercheurs qui défile encore.

Écrit par : bazel | 06/03/2013

Juliette, votre raisonnement semble de prime abord spécieux... vous parlez de trésor, reprenant à l'envie les thèses éculées de vos devanciers" cherchants, voire curieux" de cette affaire, relisez les fondamentaux, qui vous a jamais dit que Saunière avait trouvé un trésor... à part certains auteurs mal inspirés et n'ayant laissé nulle trace dans les étagères sérieuses de la vérité historique de cette affaire, commentez, que diable...

Écrit par : Aguirre | 08/03/2013

Bazel,vous donnez l'envie de répondre...

Et bien, cela vous fera plaisir, bien sûr, l'Abbé a été certainement un des premiers cherchants de l'énigme, et pour cause...
Mais un peu sur le tard, après avoir été le récipiendaire satisfait des bonnes oeuvres de ce qu'on lui avait promis, il l'a réalisé, avec maladresse, certe, mais personne, même sa hiérachie, n'a pu lui soutirer le moindre renseignement sur son donateur... Voilà sur le domaine, quant au reste, il est établi, qu'il a découvert bien tard le pourquoi, d'ou certains documents...

Écrit par : Aguirre | 08/03/2013

Les difficultés financiéres de Beranger à la fin de sa vie sont trés bien connus de tous.
Le bon sens demontrerait en effet qu'il n'a pas decouvert de tresor, sinon il aurait perdurer son train de vie fastueux selon la rumeur locale. On peut expliquer ces difficultés par une mauvaise gestion, l'abbé voulant voir grand, trop grand que des projets futurs n'ont jamais pu etre realisés.
Trésor ou pas, on constate que son domaine construit represente une somme fort importante pour l'epoque.
Bien qu'une partie n'avait pas été fini de payer, ce qui a été réglé ne pouvait l'être avec son salaire de simple curé.
L'enigme de Rennes le Chateau peut se resumer à deux questions :
-Quel est l'origine des ressources qui a permis la renovation de l'eglise et la construction de son domaine?
-Quel est l'origine de la fin des ressources de Sauniére?
Beranger n'est pas le seul a beneficier de fort revenu.
Monseigneur Billard, semble avoir depenser des sommes encore plus folles et importantes. Gellis possedait de fortes liquidités dans son presbytere.
Aucune correspondance ou preuve demontre un lien trés étroit entre Billard et Sauniére.
Quand Billard decede en 1901, son successeur va prendre pour cible Rennes le Chateau, et les problemes entame la chute de Sauniere.
Sauniére n'a peut etre decouvert dans une cache que quelques miettes d'un hypothetique tresor, qu'il a depenser pour son domaine. Il a ensuite essayer de chercher de nouvelles caches pour financer le reste. La rumeur locale precise que lorsque des nouveaux frais survenaient pour la construction du domaine Beranger s'absentait quelques jours pour revenir avec un reglement inésperé pour l'avancé des travaux.
Mauvaise gestion? Mafia éclésiastique locale? Appel de dons auprés de riches et nobles familles? Recherche d'un trésor local?
L'enigme n'est toujours pas resolu.
PS pour rire : en traçant un pentacle et un triangle sur le portrait de Nicolas Poussin et etablissant un ratio moyen avec le theoreme de Thales j'obtient le code postal de Rennes le Chateau; argh je suis proche du code de la clé algorithmique de Rennes le chateau.

Écrit par : doms | 09/03/2013

Moi pour ma part, j'ai relié Bourriège à RLC, et oh surprise, la distance depuis la croix de Saint Sernin à Antugnac m'a permis de voir un nombre d'or que je ne soupçonnais pas, et comme j'avais du temps pour épater les copains des nombreux sites, j'en ai profité pour aller à Axat relier la tombe du célèbre abbé en partant du livre pour aboutir à l'autre livre, celui là dans l'Eglise de Rennes le Château, et pour définir qu'il y avait exactement 14 librairies dans le secteur : ce nombre m'a interpellé, et je me suis dépêché de le partager afin que l'on en prenne note, et que je ne reste pas surtout l'obscur cherchant à l'inverse de mes prédécesseurs...

Écrit par : Aguirre | 14/03/2013

Les commentaires sont fermés.