Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/12/2012

Des "caves de la forteresse" au château de Vaux-le-Vicomte

IMG_0010.jpgRenseigné par son frère cadet, l'abbé Louis Fouquet, proche de Nicolas Poussin, Nicolas Fouquet, le Surintendant des Finances de Louis XIV, aurait bénéficié de la (re)découverte du trésor de Rennes-le-Château, pour terminer et embellir sa résidence de Vaux-le-Vicomte. Déjà fortement insupporté par les fastes de son ministre, mais surtout par l'attitude ambigüe qu'il eut pendant la Fronde, le jeune roi le fit arrêter quinze jours après une réception mémorable au château de Vaux.
Il n'est pas étonnant qu'un supplément thématique de l'hebdomadaire du Point consacré aux "Château qui ont fait la France" * ait accordé quelques pages à la demeure du Surintendant. Quelques explications de Jean-Christophe Petitfils nous rappellent que le château de Vaux-le-Vicomte avait été construit sur le modèle de celui du Raincy (détruit en 1820), lui même s'inspirant de la villa d'Este, près de Rome, avec son vaste salon à coupole, ses jardins en terrasse et ses cascades.

* n° 2101-2102, du 20 au 27 décembre 2012.

19/12/2012

Nicolas d'Estienne d'Orves aux "Grosses-Têtes"

7755776519_nicolas-d-estienne-d-orves.jpgAprès le maire de Bugarach, M. Jean-Pierre Delord, c'est Nicolas d'Estienne d'Orves que Philippe Bouvard, avec ses "Grosses-Têtes", passe à la moulinette. Nicolas d'Estienne d'Orves est l'auteur d'un livre sur l'actualité de l'Apocalypse : "Le village de la fin du monde, rendez-vous à Bugarach". 

Cette émission a été diffusée sur RTL ce lundi 17 décembre. Temps d'écoute : environ 20 mm.

Pour accéder à la lecture audio : sélectionner toute l'adresse http, puis clic droit de la souris et appliquer  "ouvrir le lien dans un nouvel onglet", puis touche Entrée. Ou : Copié-collé cette adresse  http dans votre barre d'outils et touche Entrée :
http://www.rtl.fr/emission/les-grosses-tetes/billet/lundi-17-decembre-les-grosses-tetes-recoivent-nicolas-d-estienne-d-orves-7755749562

18/12/2012

L'oeil de verre de l'abbé Saunière : info ou intox

A1.tif.jpgEn 1967, dans l'Or de Rennes, Gérard de Sède trace un portrait extrêmement flatteur de l'abbé Saunière. Il nous le présente grand, carré, large d'épaules, le visage plébéien doté d'une mâchoire carnassière. Mais, surtout, un front haut et des yeux noirs beaux et vifs. Or, si dans le Trésor maudit de Rennes-le-Château (1968), Gérard de Sède n'a rien changé de sa version, il en est différemment en 1977 dans Signé Rose+Croix. Le texte est identique, mais au sujet du regard de l'abbé Saunière, il y  intercale un détail étonnant :  "A partir d'une certaine époque, souligne-t-il, l'on y discerne une inquiétante fixité, c'est que l'homme, accidenté on ne sait comment, eut vers la cinquantaine , un oeil de verre.". Il conservera encore ce détail dans Le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses (1988). Alors, infox ou intox, l'abbé Saunière a-t-il été affecté de cette infirmité ?
Affliger Saunière d'un oeil de verre n'est pas anodin. L'indication n'est pas sans nous rappeler un quatrain de Nostradamus (I,27) où celui-ci prophétise très précisément : Dessous de chaîne Guien du Ciel frappé/Non loin de là est caché le trésor,/Qui par longs siècles avoir esté grappé,/trouvé, mourra, l'oeil crevé de ressor.
Certes, l'astrophile promet la mort à l'inventeur du trésor, mais dans le cas présent Saunière s'en serait tiré avec un oeil en moins. On appréciera l'ignorance affectée de Gérard de Sède quant au motif de l'accident, alors qu'il sous-entend que notre curé se serait blessé en manipulant un mécanisme, dernier obtacle avant d'atteindre le trésor