Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2013

le village disparu de Jaffus

Jaffus.JPGLa ferme de Jaffus est à peu près située à égale distance de Rennes-le-Château et de Rennes-les-Bains. En 1959, son propriétaire, procédant à des labours plus profonds que d'habitude, derrière sa ferme, mit au jour des fondations de constructions qui s'avérèrent constituer une série de murs parallèles. Ce n'était pas la première fois que les terres entourant Jaffus livraient des restes d'habitats. Il y a un demi siècle encore, elles voisinaient avec une ruine informe, mais de belles proportions, que l'on considérait comme celle d'une vieille église. C'est ainsi qu'en 1891, lorsqu'un incendie ravagea les bâtiments principaux, on prit les pierres de la ruine pour reconstruire ce qui avait été sinistré. Depuis ce temps, on peut voir, sur la façade de la métairie, parmi les pierres de rajout, un linteau portant des inscriptions et la date de 1722.
Il est à penser que la ferme de Jaffus constitue le dernier jalon d'un village qui subsista, croit-on, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. seule son église lui survécut un siècle de plus. Sa position à l'entrée de l'ancien chemin qui conduisait à Rennes, en venant du Sud, a fait supposer que ce village fut saccagé en 1362 par les Routiers aragonais et catalans d'Henry de Transtamarre, qui projetaient de s'emparer de l'antique capitale du Razès.

05:34 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2013

L'étrange recontre du chanoine Huguet

Huguet.jpgAccusé par l'Officialité d'avoir détourné des fonds à son profit, l'abbé Saunière, sur les conseils de l'abbé Eugène Grassaud, sollicita le chanoine Huguet, avocat ecclésiastique du diocèse d'Agen, alors curé d'Espiens. Très rapidement, l'abbé Huguet entretint avec son client des relations d'une grande cordialité. Il s'ensuivit une correspondance volumineuse qui perdura jusqu'à la mort de l'abbé Saunière. Plusieurs fois, le chanoine Huguet fut reçu au presbytère de Rennes, y restant deux ou trois jours. Il ne repartait jamais sans quelques bonnes bouteilles et un panier de victuailles pour la route. Comme à son accoutumée, dès son retour, il écrivait une vibrante lettre de remerciements à l'abbé Saunière, tout en vantant les talents de cordon bleu de Marie Dénarnaud. Pourtant, dans cette lettre du 31 juillet 1911, où il fait encore l'éloge hospitalière de notre curé, l'abbé Huguet raconte à son correspondant une étrange anecdote qui ne l'a pas peu laissé perplexe.
Saunière avait accompagné Huguet à la gare de Couiza. Peu après le départ de la micheline, "un grand et gros curé" passa entre les voyageurs, en saluant quelques-uns. Puis, directement, il se posa devant l'abbé Huguet. Une conversation s'engagea. Il lui demande s'il venait de Rennes-les-Bains. Avant même que Huguet eut pu répondre, l'autre enchaîna en précisant qu'il était curé d'une paroisse proche de Coustaussa. Cette fois, Huguet répliqua qu'il ne venait pas de la Rennes des Bains, mais de l'autre. Son interlocuteur prétendit le reconnaître pour l'avoir vu à Carcassonne, en septembre 1910. Puis, tout à trac, le "gros curé" coupa la conversation et avisa un autre ecclésiastique avec lequel il s'engouffra dans un  compartiment éloigné. A Carcassonne, le personnage avait disparu. L'abbé Huguet supposa que ce prêtre singulier était descendu avant le terminus.

14/01/2013

Jérusalem sous la neige

Suite à un incident technique résultant du serveur, ma ligne Internet a été interrompue pendant 3 jours, ce qui explique l'absence de brèves quotidiennes. Le rythme reprendra demain matin.Merci pour votre patience.

En attendant, voici une photo récente de Jérusalem sous la neige.

jerusame_sous_la_neige_janvier 2013.jpg