Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/01/2013

A propos de "Viva Angelina"

gélis 3.jpgA l'énigme jamais résolue du crime dont fut victime l'abbé Antoine Gélis, assassiné dans son presbytère à Coustaussa dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1897, s'est ajouté le mystère d'un indice laissé, volontairement ou non, par le criminel. Dès les premières constatations, il fut retrouvé, auprès du cadavre, un cahier de feuilles de papier à cigarettes, dont un des rabats portait une inscription écrite au crayon.  Alors qu'il était couramment accepté qu'il fallait lire Viva Angelina, la lecture des deux procès verbaux établis aux premières heures de l'enquête révèlent que cette évidence n'est pas si définitive. Pour certains, Viva Angelina serait une sorte de signature, un message laissé par le ou les assassins ou bien encore le cri de ralliement des membres d'une société secrète.
A ceux qui voudraient se forger une opinion, nous donnons la reproduction des deux passages où figure l'inscription litigieuse. A chacun d'en tirer ses propres enseignements.

      Procès-verbal du 1er novembre 1897, à 11 heures :

Gélis 1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

       Procès-verbal du 1er novembre 1897, à quatorze heures trente :

Gélis 2.jpg

06/01/2013

Emma Calvé, il y a soixante-et-onze ans...

Emma Calvé.jpgIl y a soixante-et-onze ans, le 6 janvier 1942 décédait Emma Calvé, à Montpellier, à l'âge de 84 ans. Elle était née le 15 août 1858, à Decazeville. Très tôt remarqué, elle gravit rapidement les échelons de la notoriété. Elle chanta successivement à Bruxelles, Paris, Milan, Rome, Londres et dans le reste du monde. Le public Newyorkais était friand de ses prestatations. D'un caractère bien trempé, sa vie de femme fut pour le moins tumultueuse. Elle fut un temps la maîtresse de Jules Bois, écrivain sulfureux et initié à la Golden Dawn. Elle même sera préoccupée de considérations métaphysiques. Elle assistera à des séances de spiritisme, fréquentera les habitués du "Chat Noir" et prendra pour guide spirituel le Swami Vivekananda. Sans enfant, son affection maternelle, elle le reporta sur son neveux, Elie, comédien en herbe, qu'elle voulait faire son héritier universel. Malheureusement, le destin en décida autrement. Le jeune homme mourut d'une embolie en 1929. Le château de Cabrières, près de Millau, qu'elle avait acheté en 1894, fut revendu en 1930. Bientôt, au chagrin s'ajoutent des ennuis de santé. Ses représentations internationales s'estompent de plus en plus. Si elle reçoit en 1931 la légion d'honneur, le moral n'y est plus. Elle est au crépuscule de sa vie lorsqu'elle publie chez Plon un livre de souvenirs : Sous tous les ciel,  j'ai chanté.  Cet opus complétait un précédent paru à New York en 1923 : My Life.
Fin 1941, se sentant au plus mal, elle est admise à la clinique du docteur Parès. Un journaliste, yEmma calvé tombe.JPG apprenant sa présence, lui propose d'enregistrer sa voix pendant qu'elle lit le passage de ses mémoires où, après avoir chanté la Marseillaise, un soir de juin 1916, elle est acclamée par trente-mille Newyorkais.
Quatre jours après cet entretien, Emma Calvé s'éteindra le mardi 6 janvier 1942.
(Photo: Emma Calvé, dans le rôle de Salomé)

Deux extraits de sa voix :  (sélectionner l'adresse http, puis clic droit: ouvrir le lien. Ensuite, sur la page obtenue, partie supérieure, cliquez sur la barre le ►)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k128632h.r=Emma+calv%C3%A9.langFR
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k128633w.r=Emma+calv%C3%A9.langFR

Depuis le 1er janvier 2013, l'oeuvre d'Emma Calvé est entrée dans le Domaine Public.

06:22 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2013

Jérôme Viguier, le cave se rebiffe

Viguier J.jpgViguier jérôme.jpgOriginaire de Graulhet, dans le Tarn, Jérôme Viguier est un homme de 33 ans. Sa passion pour Rennes-le-Château n'a pas encore de vernis. Tout commence en 2006, lors du maleström Da Vinci Code. Il a vu le film, il a lu le livre, ce fut suffisant pour qu'il se passionne pour l'histoire du curé aux millions.  Depuis, il arpente les collines, sonde les cavités, visite les cavernes et trouve des inscriptions. Bien sûr, il cherche le trésor, mais lequel ? Celui des Wisigoths, des Templiers, des Cathares ? Peu importe, c'est l'action qui compte. Bien de son temps, Jérôme Viguier  filme volontiers ses "escapades" et les  partagent libéralement. Il a même créé un site Internet : http://www.viguierj.com/index.html , où l'on peut visionner ses exploits. On peut également retrouver ses tribulations, intégralement, sur le site de partage You Tube ("Les aventuriers de Rennes-les-Bains"). Certaines vidéos ont même été plébiscitées  par les internautes. Ainsi son reportage sur Bugarach (Août 2012) a été visionné plus de 30500 fois ; idem pour la "grotte au trésor des Wisigoths" (juillet 2011), qui a été vue par près de 24000 aficionados ! Compliments, Monsieur Viguier.

05:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)