Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/02/2013

Désordre à la SESA

Située dans un immeuble de la place des Anciens d'Afrique-du-Nord, à Carcassonne, les réserves de la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne et de la Société d'études scientifiques de l'Aude ont subi des dommages le 7 janvier dernier. Alors que l'on procédait à la démolition d'un mur extérieur, des dommages ont été causés au mobilier où étaient entreposés des archives et des livres. Sans que cet incident ne soit irrémédiable, les responsables de l'Académie et de la SESA ont été mis devant le fait accompli. Ses présidents respectifs ont voulu exprimer leur mécontentement et déplorer le manque de concertation.
SESA 1.jpgSESA 3.jpgSESA 2.jpgSESA 4.jpg

07/02/2013

Rennes-le-Château : la visite du sous-préfet

Painco.jpgLu dans La Dépêche du Midi, ce jour - Sébastien Lanoye, sous-préfet de Limoux, est venu à Rennes-le-Château suite à l'invitation que lui a faite le maire Alexandre Painco. la journée a commencé par la visite du domaine de l'abbé Saunière, une visite qui a permis de se rendre compte de l'importance des travaux de rénovations qui ont été faits et qui sont en cours sur le domaine, un domaine qui reçoit bon an mal anla visite de près de 30 000 visiteurs payants sur les 130 000 qui passent par Rennes-le-Château. Ces travaux de rénovation sont financés par l'Etat, le Conseil Général et un autofinancement communal. Cette quatrième tranche en passe de se terminer sera certainement suivie par une cinquième et c'est là que l'aide de l'Etat et du Département seront les bienvenus. Au niveau des subventions, il a été également évoqué l'amélioration du chemin de Laval-Dieu.
A la fin de la visite, le maire a remis au sous-préfet le nouveau DVD documentaire intitulé Rennes-le-Château, les zones d'ombre. Un DVD qui sera présenté au grand public au mois de juin 2013. (Photo : DDM)

06/02/2013

Dans les caves de la forteresse...

Majoritairement, dans l'esprit des chercheurs, la notion de trésor caché est quelque chose de communément acceptée. Reste à savoir de quoi l'on parle. Pour certains, il s'agit du trésor des Volkes Tectosages (Vieil Toulouse), à moins qu'il s'agisse de celui des Wisigoths, des Templiers ou des Cathares. On se souvient que Noël Corbu, dans les années 50, évoquait celui de Blanche de Castille. On a peut-être mal apprécié l'enventualité de cette hypothèse. Voire...
Razès 3.jpgAu milieu du XIIIe siècle, la Castille est déchirée par une guerre de succession au trône, le fils cadet Sanche, contre son père, Alphonse X. Ayant la main, Sanche fait enlever ses deux neveux, fils de son frère aîné, Ferdinand, afin qu'on ne les lui oppose pas sur le chemin du pouvoir. En revanche, il laisse imprudemment sortir du royaume la mère de ceux-ci, Blanche de France (qui était la deuxième fille de Saint-Louis). Passée les Pyrénées, elle trouve refuge à la forteresse de Puilaurens avant d'être reçu, selon son rang, par Paul de Voisins, en son château de Rennes. Blanche lui explique son projet : lever une armée pour imposer sur le trône de Castille son fils, Alphonse de Luna. Elle dispose de fonds importants, qu'elle a amené avec elle.
Soeur de Philippe III le Hardi, roi de France, elle le fait intervenir auprès de Sanche. Mais celui-ci rompt les discussions en kidnappant le jeune Alphonse. Il ne le libèrera que s'il consent à renoncer au trône. Finalement, Sanche obtiendra gain de cause; en retour, il s'engage à indemniser l'infortuné jeune home, celui que l'Histoire désignera désormais sous le nom d'El Desdichado, le Déshérité,  à hauteur de 500 000 maravédis ou florins d'or.
Sans doute, Alphonse a-t-il déjà rejoint sa mère (il deviendra par la suite seigneur de Lunel). c'estRazès 1.jpg donc par le Razès que la "rançon" transitera, transporté par chariots à travers les Pyrénées. Or, l'un de ses chariots  sera détourné du convoi. On accusera Paul de Voisins, seigneur de Rennes, d'être à l'origine de ce brigandage, l'obligeant ainsi à se faire oublier quelques temps.
L'or de Blanche de France, entreposé temporairement dans les caves du château de Rennes, a probablement fixé les imaginations, laissant croire qu'il y avait été enfoui. la légende d'un trésor que la reine Blanche de Castille, mère de Saint-Louis, serait venue enfouir à Rennes-le-Château, au moment de la révolte des Pastoureaux, en 1250, a probablement cette origine, augmentée de la nébuleuse aventure du fourgon disparu trente ou quarante ans plus tard. Deux reines Blanche à Rennes-le-Château, et qui plus est toutes deux de Castille, ont fini par n'en faire plus qu'une.