Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/01/2013

Marie Dénarnaud, il y a 60 ans...

marie_10[1].jpgIl y a soixante ans, Marie Dénarnaud décédait à l'âge de 85 ans, le 29 janvier 1953. Est-il besoin de le rappeler, elle fut la servante de l'abbé Saunière pendant près de trente ans. Fut-elle réellement sa confidente ?... Indéniablement, elle en savait plus qu'elle ne voulait le dire. Il est probable, en revanche, que le curé ne lui faisait pas tout partager de ses affaires. A la mort de l'abbé Saunière, elle vécut en recluse dans le domaine qui était désormais sa pleine et entière propriété. A grand peine, elle assuma les dernières créances que la mort du curé avait laissées en souffrance. Ce n'est qu'en 1946, qu'elle rétrocéda son bien aux époux Corbu, à charge, tacitement, de prendre soin d'elle jusqu'à sa mort. Si à Henriette et Noël Corbu, elle parla peu d'une fortune laissée par l'abbé Saunière ; en revanche, dans le village, c'était la bouteille à l'encre. Marie Dénarnaud ne se privait pas de prétendre que l'abbé Saunière avait constitué des caches dans le domaine, qu'il vidait et remplissait selon ses trouvailles (objets liturgiques, livres, pièces d'or...) et ses dépenses. Des témoignages précis corroborent ces sortes de déclarations dont l'ancienne servante n'était pas avare. A Noël Corbu, lui-même, elle fit miroiter d'ultimes révélations. Atteinte d'une hémiplégie dans les derniers mois de sa vie, elle ne put jamais tenir sa promesse. 

17/01/2013

L'effet Pommes bleues

Pommes bleues.JPGDepuis dix ans maintenant, chaque 17 janvier, entre 12 h 30 et 13 h 00, l'église de Rennes-le-Château se remplit de curieux pour assister aux phénomènes lumineux dit des "pommes bleues". Entre autres effets de lumière solaire observés dans l'église à différentes périodes de l'année, cette curiosité a d'autant plus d'impact qu'elle aurait un lien direct avec les secrets de l'abbé Saunière. Vers 13 heures, en effet, un rayon de soleil perce le vitrail de la Résurrection pour venir frapper les décorations murales du mur d'en face, puis lentement le faisceau descend jusqu'à atteindre les lambris. Dès ce moment, des lentilles colorées éclosent, rouges, vertes et bleues. Puis, peu à peu, elles s'étalent, perdent de leur intensité et disparaissent.
Ce terme de "pommes bleues" est le final de cette phrase sybilline obtenue par le décryptage du "Grand Parchemin" supposé avoir été trouvé dans l'église par l'abbé Saunière. L'expression est d'autant plus étonnante qu'elle reste encore très énigmatique. De là à penser que l'abbé Saunière, metteur en scène dans son église, ait été le concepteur de ce phénonème, certains le croient à beaucoup près !
Implicitement, cette curiosité lumineuse n'est pas sans rappeler le dispositif astronomique mis en place dans l'église Saint-Sulpice, à Paris, en 1744, à la demande de son curé doyen, Languet de Gergy, par Claude Langlois, ingénieur aux galeries du Louvre. Or, on sait l'implication qu'on a voulu donner de Saint-Sulpice dans l'affaire de Rennes-le-Château.

14/01/2013

Jérusalem sous la neige

Suite à un incident technique résultant du serveur, ma ligne Internet a été interrompue pendant 3 jours, ce qui explique l'absence de brèves quotidiennes. Le rythme reprendra demain matin.Merci pour votre patience.

En attendant, voici une photo récente de Jérusalem sous la neige.

jerusame_sous_la_neige_janvier 2013.jpg