Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/10/2012

Saunière et le Vatican

IMG (8).jpgLa parution d'un ouvrage richement illustré présentant 105 documents commentés, les Archives secrètes  du Vatican, allant du Liber Diumus Romanorum Pontificum, recueil juridique du VIIIe siècle, à l'enquête sur le Templiers, mais aussi les dépositions concluant le Grand Schisme d'Occident, enfin la lettre de Pie XI à Hitler, nest pas sans rappeler que c'est également dans ce fonds prestigieux que sommeille désormais le dossier en recours de l'abbé Saunière contre l'Officialité de l'Evêché de Carcassonne. La prescription de confidentialité n'étant pas encore arrivée à échéance, il faut attendre le centenaire consommé (1917-2017) pour qu'il soit enfin possible d'y accéder.

25/10/2012

Curieuse Alet

Paru récemment, Aletheia, l'Initiatrice, un petit livret de Nicolas de Léon, est entièrement  consacré aux curiosités archéo-ésotériques d'Alet-les-Bains. Facile à lire, ce condensé égrène les observations de rue en rue. Propose des hypothèses de lecture quant à certaines inscriptions cabbalistiques et nous apporte uIMG (7).jpgn regard sur quelques blasons que notre igorance a rendu hermétique. Bien sûr, il s'attarde sur les poutres gravées de la Place de la République, la croix de David de la vieille cathédrale Notre-Dame, mais encore il nous fait la visite de la villa "Livadia", qui fut la demeure d'un certain Cubat, ex-cuisinier du Tzar Nicolas II et, où, également, l'écrivain Roger Peyrefitte y passa sa jeunesse. Cette maison est devenue l'actuelle Mairie d'Alet-les-Bains.

24/10/2012

Le Curé Mongé

Un document sorti d'archives privées permet enfin de mettre un point final à cette affaire de meurtre survenue à Niort de Sault, en 1732, où Alet.jpgJean-François de Nègre, seigneur de Montroux, avait été mêlé à l'assassinat du curé, l'abbé Mongé. Rappelons que Jean-François de Nègre fut le tuteur de la jeune Marie de Nègre d'Ables, qui épousa en 1732 François d'Hautpoul, seigneur de Rennes.
Ayant d'abord fui ses responsabilités, l'individu demanda le pardon de l'Eglise. Deux de ses complices firent de même. Pour préjudice, le repentant fut condamné à verser en espèces sonnantes et trébuchantes, au Clergé d'Alet, la somme de mille livres, en or. Un bel acte fut rédigé pour la circonstance dans lequel il fut expressement consigné que le déposant serait quitte envers le Clergé pour cette affaire, et qu'il ne pourrait être recherché directement ou indirectement par toute autre autorité.