Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/10/2012

Les Templiers du Bézu

Mazières (Maurice) (2).jpgLes fantômes de chevaliers templiers hantent-ils, chaque nuit du 13 au 14 octobre, les ruines du Bézu, une forteresse médiévale située à la vue de Rennes-le-Château ? Signalée en 1958 par l'abbé Maurice René Mazières, cette curiosité garde encore aujourd'hui tout son attrait. Si bien que, depuis une dizaine d'années, un groupe d'amis "squatte" à date anniversaire, toute la nuit, les hauteurs du Bézu, espérant bien distinguer dans les ténèbres des formes diaphanes procédant à un cortège entre les ruines cyclopéennes du Bézu et la ferme des Barutaux.
Hélas, cette année encore, nos joyeux lurons demeurèrent comme soeur Anne. En revanche, ils en prirent leur parti en se prêtant à d'abondantes et très conviviales agapes, qu'ils se sont bien promis de renouveler l'année prochaine.

Le commencement de la fin

jean-pierre-delord-maire-de-bugarach_605778_460x306p.jpgSelon certains exégètes du calendrier Maya, le 21 décembre 2012 serait la date fatidique prévue pour la fin du monde. Dans la nuit du 21 au 22 ; notre pauvre humanité disparaîtrait dans une sorte de maleström apocalyptique. Voire...
Il y aurait pourtant quelques oasis privilégiées, qui échapperaient à la catastrophe. Le petit village de Bugarach, aux confins des Corbières, serait de ceux-là. Sur place, cela fait bientôt trois ans que l'on s'y prépare. Non à faire face à l'Ineluctable, mais à se voir confronter à un afflux de curieux, d'anxieux et de perturbateurs. Bugarach, c'est, en effet, 10 habitants au km².L'embarras est donc palpable.
Pour le Maire, M. Jean-Pierre Delord, ce n'est pas cet épiphénomène qui l'inquiète. Le cataclysme programmé par les oracles, il peut faire avec. En revanche, il se dit désarmé face à l'ensevelissement administratif et technocratique, qui guette son village. "D'içi dix ans, fait-il observer, les petites communes auront disparu pour se fondre dans des communautés de communes. Ce qui est logique car un petit village n'a plus guère les moyens de gérer le quotidien de ses administrés : déjà que les maires ont de moins en moins de compétiences..."
Voilà bien un aspect de l'intercommunalité que le calendrier Maya n'avait pas prévu, autrement plus menaçant que les affabulations de pythonisses !