Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/11/2012

Le "mystère" Billard

caudebec.jpgLa mythologie castelrennaise semble donner un rôle particulier à Mgr Billard, qui fut évêque de Carcassonne de 1881 à 1901, dans l'affaire Saunière. Certains le voient comme "téléguidé" par Mgr de Bonnechose (devenu cardinal), qui avait été, lui aussi, évêque de Carcassonne (1847-1855). Plus tard, c'est lui qui aurait favorisé le curé de Rennes-le-Château alors que celui-ci venait de découvrir des documents dans son église. Enfin, certains ont trouvé dès plus suspects le fait que Mgr Billard ait racheté, en son nom propre, le sanctuaire de Notre-Dame de Marceille, situé près de Limoux. En fait, Mgr  Billard avait déjà accompli la moitié de son sacerdoce lorsqu'il fut nommé à Carcassonne. C'est , en effet, en Normandie, qu'il s'y accompli. Cinq ans vicaire à Saint-Rémy de Dieppe (1858-1863), il officie ensuite à Saint-Patrice et à la primatiale de Rouen, jusqu'en 1868, date à laquelle il prend en charge la paroisse de Caudebec-lès-Elbeuf. Là, on le vit disposer d'un argent providentiel...
Alors que Caudebec était doté d'une vieille église gothique moyennâgeuse, composée seulement d'une nef et d'un bas-côté, Arsène Billard fit appel à l'architecte diocésain Edouard Barthélémy en 1869 et passa commande d'une rénovation et d'agrandissements de belle ampleur. Le travail achevé, l'église se voit dotée d'une nef centrale bordée de bas-côtés, d'un clocher à l'angle Sud et d'un choeur rayonnant entouré d'une sacristie. Sur la façade, désormais, s'ouvrent des baies ogivales à remplage. Sommum : Billard, qui n'est que Curé, rappelons-le, fait installer dans l'église un orgue de grande envergure, par un des plus grands facteurs d'orgues de l'époque (Cavaillé-Coll).
Visitant cette église en 2011, Richard Khaitzine, chercheur et écrivain, s'étonne que saint Pierre, dont la statue orne le côté gauche du porche, tienne une énorme croix à l'envers. C'est oublier que l'Evangéliste, acceptant son martyr, aurait obtenu d'être crucifié la tête en bas, se disant indigne de mourir comme le Christ.
Après Caudebec, Arsène Billard passa à Rouen (1877), avant d'être pressenti pour l'Evêché de Carcassonne, en 1881. Préalablement, il reçut la robe violette épiscopale, à Rouen, le 6 août de la même année.

24/11/2012

Les apparentements terribles

SAM_0212.JPG896_001 - Copie.jpgC'est devenu un sport auprès des amateurs de l'énigme de Rennes-le-Château que de trouver des modèles aux principales constructions de l'abbé Saunière. La tour Magdala a été "revisitée" par bien des comparaisons - pas toujours très heureuses, d'ailleurs. Pour la villa Béthania, c'est plus rare. Saunière lui-même disait que sa maison était de "style Renaissance". On voit, effectivement, un modèle comparable dans une des planches des Très Riches heures du duc de Berry. A tout hasard,  voici un exemple qui mériterait, peut-être, qu'on s'y arrête. Cette ancienne carte postale représente le château du Noyer, à Excideuil, en Dordogne. Enlevez tous les rajouts qui encombrent cette demeure et jugez par vous-même.  Convainquant ?

20/11/2012

Serres, un théâtre à ciel ouvert

images.jpgSitué entre le carrefour conduisant à Rennes-les-Bains et le village d'Arques, le château de Serres, visible depuis la route, apparaît comme une coquette bastide déposée dans un corsage de pierre. Alors que bien des châteaux sont ici en ruines, sinon à l'état de vétusté, Serres a bénéficié d'un lifting soigné. Propriété privée, il fut acquis voici quinze ans  par l'acteur et metteur en scène de théâtre Jean Deschamps. Pour le grand public, son nom, peut-être, est moins connu que son visage. C'est lui qui incarna le rôle de Charles de Valois dans les Rois maudits de Maurice Druon, formidable composition médiévale diffusée en prime time sur la principale chaîne de télévision de l'époque (1972). Mais déjà, Jean Deschamps à vingt ans de scène derrière lui.
Né le 23 juin 1920, dans le département du Lot, il a très tôt choisi sa voie : la création artistique. Du conservatoire d'art dramatique, il passera du théâtre du Forez, à Saint-Etienne, au Théâtre du palais de Chaillot. Par la suite, il fonde l'Université internationale du Théâtre. Puis, passage au T.N.T. de Jean Vilar où il est souvent associé à Gérard Philippe, Jeanne Moreau, Maria Mauban, Silvia Montfort.
En 1956, il fait ses débuts à la Comédie Française, qui'il quitte quelques années plus tard pour fonder le Théâtre du Midi, et, notamment, organiser des festivals à Carcassonne, Sète et les Baux-de-Provence. Pendant près de vingt ans, il dirigera le Théâtre de la Cité de Carcassonne. En 2006, il fait de Serres sont propre théâtre. En fait, c'est une scène en pleine nature qu'il a mis en place au fond de sa propriété. Assez diminué, cependant, il décèdera le 17 septembre 2007.
Jean Deschamps l'a dit pour les Baux-de-Provence, mais il aurait pu le dire pour Serres : "On peut croire au hasard, mais il n'est pas interdit de penser à la prédestination d'un lieu qui, pour vivre, attend son créateur."