Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/07/2013

Jean Robin, il y a 5 ans déjà...

Il y a 5 ans déjà, le 12 mars 2008, Jean-Luc Robin nous quittait.

Robin.jpgNé le 27 juillet 1949, Jean-Luc Robin a découvert Rennes-le-Château entre sept et douze ans et en est tombé amoureux ! Habitant à Carcassonne, il y montait le dimanche en famille et ne manquait de sacrifier à la tradition en grattant la terre près de la tour Magdala. Il qualifie cette période de "la partie la plus heureuse de mon enfance" avec de multiples souvenirs comme l'école Saint-Stanislas, l'écrasante chaleur des Corbières, les châteaux vertigineux que personne n'avait encore songé à qualifier de "cathares", et la fabuleuse histoire du curé aux milliards."
Globe-trotteur érudit et polyglotte, Jean-Luc Robin vécut au Brésil, en Bolivie, au Portugal et dans l'île de Jersey. Etudiant en lettres et en droit, antiquaire en Auvergne ou étoilé dans le Périgord, les pas de ce touche-à-tout de génie devaient le ramener à ses premières amours... Ce fut chose faite un peu par hasard en 1995. Restaurateur de profession, il se réinstalla dans le département de l'Aude à Carcassonne. Le restaurant convoité ne se libérant qu'en septembre, il répondit à une annonce : "Rennes-le-Château recherche cuisinier pour la saison." A cette époque, le domaine de l'abbé venait de changer de propriétaire. Henri Buthion l'avait vendu à un homme d'affaires américain et à un journaliste hollandais. Le jour même, le coeur empli de souvenirs de jeunesse, il entrait pour la première fois dans la villa Béthania ! Après un épisode rocambolesque avec les premiers employés qui développaient un projet d'exploitation touristique, il fit la rencontre de Bob Kroon et Bert Gerards, les propriétaires, qui lui proposèrent rapidement de gérer le domaine. Il préféra le louer pour son propre compte !

Pendant cinq années, il accueillit plus de cinquante mille visiteurs. Il se lia d'amitié avec Antoine Captier et Claire Corbu dont le père fut propriétaire du domaine de 1947 à 1967. Ils acceptèrent de lui louer les documents de l'abbé. Dès lors ils créèrent dans le presbytère un musée où étaient exposés toutes sortes de documents et objets du prêtre, son journal, des revues, des livres, des bréviaires mais aussi ses meubles, son lit notamment. Jean-Luc en parfait maître des lieux assurait également les visites guidées, recevait les journalistes, dissertait avec les curieux. En plus de la vie de l'abbé, il évoquait ce lieu "où souffle l'esprit", la beauté du paysage et la vue sur vingt-quatre villages depuis la tour Magdala car Jean-Luc Robin était aussi un poète !
Il habita la propriété et s'imprégna des lieux, essayant de se mettre à la place de l'abbé et de fonctionner intuitivement. Il était frappé par la foule bigarrée qu'il recevait, les théories plus ou moins alambiquées qu'on lui soumettait, le flot ininterrompu des questions posées. Tout cela l'a amené à "présenter une histoire qui, sans détruire le rêve, tient malgré tout debout. Pour cela, il fallait s'appuyer sur des éléments solides et vérifiables. [...] Je me rendis compte que la plupart des auteurs partaient d'une théorie préconçue et cherchaient désespérément des éléments permettant de la corroborer. [...] Et n'ayant ni théorie à révéler, ni message secret à faire passer, j'abordais l'affaire Saunière avec des yeux neufs." Jean-Luc Robin était certain que l'abbé cherchait à délivrer un message tant les signes sont nombreux dans le domaine et l'église. Il le constatait mais n'avait pas d'explication à apporter. Il répétait d'ailleurs qu'il n'était pas un historien. Il étayait sa démonstration avec la tour Magdala, pièce d'un vaste échiquier qui couvre tout le domaine, 22 marches menant à sa plate-forme; à l'opposé, l'orangerie est la tour de verre avec ses 22 marches conduisant au sous-sol.
Le domaine vendu à la commune, Jean-Luc Robin exerça encore son métier dans le jardin de l'abbé pendant la haute saison, agrémenta les soirées du vendredi de conférences qu'il animait de main de maître. Il écrivit aussi deux livres : Rennes-le-Château, le Secret de Saunière  (2005) dont sont issues certaines citations de l'article et Rennes-le-Château mon village à l'heure du Da Vinci Code (2006). Ce dimanche 9 mars 2008, il venait d'être élu conseiller municipal de Rennes-le-Château.

© Johan Netchacovitch
Source :
http://www.portail-rennes-le-chateau.com/robin_jean_luc.htm

 Il aurait eu 64 ans aujourd'hui.

16/06/2013

Une Giscard sur Ebay

C'est peut-être un peu tard pour la fête des pères, mais il est encore temps de s'offrir un extra pour peu que disposer d'une statue sortie des ateliers Giscard comblerait un manque. Pour ma part, c'est déjà fait.
Il s'agit d'une Vierge de Lourdes à la vente sur EBay. Modèle en plâtre, polychrome, dûment signée : Giscard Statuaire, Toulouse. Caractéristiques : Hauteur : 60 cm ; socle 15,5 x 15,5 cm ; largeur : 17 cm ; poids : 4 kg !

Le vendeur est dans le Limousin. http://www.ebay.fr/itm/ANCIENNE-STATUE-PLATRE-POLYCHROME-...

 Giscard Vierge Ebay 1.jpg

062-2.jpg

068-2.jpg073-1.jpg

28/02/2013

Du berger à la bergère

On me signale que ma remarque à propos de cette manie qu'ont certains de tracer des lignes en tous sens, partout et à tout propos *, m'a valu une remontrance outrée, où se mêlait incrédulité et paranoïa. Comme la nécessité de mesurer la plaque du monument aux Morts de Rennes-le-Château ne me paraît toujours pas pertinente pour résoudre notre histoire, je persiste et signe.

* Brève du 17 février.